[Mise à jour : 14 mars, 4h20] Correction du passage de la Bible

7 mars, 22h08

Bon, je disais hier qu’il ne se passait rien depuis quelques jours et que, pour moi et mon boulot, c’était cool. Eh bien voilà que Trent Reznor me fait encore mentir…

En effet, de nouveaux pixels sont apparus aujourd’hui sur le site de Year Zero :

C’est Survivalism qui est marqué cette fois. Et qui va donc (logiquement) apparaitre dans la soirée. C’est con, on connaît déjà la chanson, on en a les paroles, la traduction des paroles… Rien de nouveau donc. Pfffff !

Mais on apprend également que des clés USB ont été distribuées par dizaine au concert de Londres…

Comment se fait-ce ? D’habitude, c’est une ou deux clés USB qui sont distribuées. Pourquoi autant cette fois-ci ? Vous le voyez venir ? Non ? Réfléchissez bien… Pour rappel, le tournage du clip pour Survivalism avait été évoqué ici. Puis démenti même pas une semaine plus tard ici. Et si l’annonce du non clip faisait partie de l’histoire depuis le début ? Et si Trent nous offrait le clip ? Ce soir ? Ça serait fort, non ?

À l’heure actuelle, tout ça n’est que pure hypothèse. Je vous en reparle d’ici quelques heures…

8 Mars, 1h43

Bon, ben c’est définitivement très fort. C’est bien le clip de Survivalism qui a été trouvé ce soir sur les clés USB. Pas de découpage de fichiers, heureusement, mais deux versions du clip : une basse résolution et une haute résolution que vous pouvez charger à l’heure actuelle sur le site de Year Zero.

Et parce que je suis de bonne humeur ce soir, je vais vous raconter le clip par l’image… en espérant être fidèle :

Le clip commence. On est devant des moniteurs, plein de moniteurs de sécurité, comme dans la salle d’observation de Lost. Un time code est là pour nous le rappeler (la première heure que l’on voit est 11:06:02:21 et la dernière est 11:09:47.27). La caméra se balade allègrement d’un moniteur à l’autre.

On y découvre des ruelles vides, des bâtiments vides…

Et qui c’est qu’on voit maintenant ? Nine Inch Nails en train de répéter Survivalism dans un petit salon. Tout le monde est là, comme vous pouvez le voir.


(Notez également la très jolie écharpe de Trent…)

On continue sur les bâtiments vides, les rues désertes.

On retourne sur Trent et sa belle écharpe en close up.

Et on voit nos premiers personnages : un groupe de trois jeunes en train de fabriquer… un pochoir ! De quoi ? On ne le voit pas bien (mais vous le savez, au fond de vous).

On retourne sur le groupe.

On nouveau personnage : une jeune fille, allongée sur son lit (qui se fait visiblement chier) [ou qui est stone, c’est selon].

La caméra continue à jongler de moniteur en moniteur. On retourne sur les rues désertes. Puis sur le groupe.

On découvre notre cinquième personnage: une charmante demoiselle asiatique, qui a visiblement trop chaud dans sa salle de bains puisqu’elle se maquille sans haut.

On continue sur une ruelle déserte… mais pas longtemps puisqu’on y voit apparaître un groupe du SWAT en pleine action. Ils sont actuellement en train de s’infiltrer dans le bâtiment.

Puis un nouveau couple, tranquillement en train de manger.

On repasse sur le groupe. Et on découvre la scène finale de Brokeback Moutain se jouer sous nos yeux.

On s’arrête en vitesse sur un mur sur lequel on voit… le logo de la Résistance.

On découvre en vitesse un informaticien, mais ça va trop vite pour qu’on puisse voir quoi que ce soit de précis (mais il reviendra plus tard, ne vous en faites pas). On continue sur le dernier personnage : un afro-américain d’une petite cinquantaine d’années, en train de manger seul devant sa table.

On revient un peu plus longuement sur l’informaticien que l’on vient de voir. Ça va presque aussi vite, mais c’est assez long pour y voir un peu plus clair.


(Notez, sur le mur en haut à gauche, le petit poster qui ressemble étrangement à la Présence)

On retourne sur le groupe, en plein refrain de Survivalism. Puis on voit que le SWAT progresse.

On continue sur le groupe, en vitesse. Et on retrouve notre premier personnage, qui n’est plus toute seule. Le mec que l’on découvre est en train de faire quelque chose mais on ne voit pas bien quoi… On se doute que ça a rappport avec la drogue. Avec l’Opal sûrement…

S’ensuit une longue danse de la caméra qui se promène rapidement sur tous les moniteurs, en nous remontrant tous les personnages.

L’avancée du SWAT continue.

On retourne à la salle avec les trois jeunes… La salle est vide. C’est normal, les trois délinquants sont en train de tester leur nouveau pochoir… le logo de la Résistance !

On repart pour une balade : le groupe continue de chanter, les messieurs continuent à vivre charnellement leur passion, l’informaticien est toujours devant son PC… Et les flics continuent de progresser. Ils arrivent même jusqu’à une porte. Qu’ils enfoncent, naturellement.

Et là, c’est le drame. Tout le monde entend visiblement les forces d’intervention entrer dans un appart’ pas loin du leur.

Sauf les jeunes qui, eux, n’entendent rien puisqu’ils sont dehors et qui continuent à vandaliser les murs.

Puis les choses retournent très rapidement à la normale :

Et c’est là qu’on découvre que la porte que les flics viennent d’enfoncer était (évidemment) la porte de la pièce où répétaient nos amis. La pièce est vide. On y voit même un trainée de sang.

Et le clip se termine sur un plan rapide du corps de Trent (on peut voir la charmante petite écharpe dont je parlais plus haut) en train de se faire traîner hors de portée des caméras…


Est-il mort ? Ou en vie ?

Je vous renvoie à la discussion expliquée ici et traduite :
EVA: j’ai utilisé la musique de quelqu’un qui est encore vivant et qui déchire.
MIGUEL: Était vivant quand il a été mis en prison. Qui sait maintenant.

Il semblerait donc qu’au moment de sa détention, il était vivant. C’est donc un Trent en piteux état mais encore en vie que nous avons sous les yeux.

Après avoir réfléchi un peu, on se rend compte que ces personnages ne nous sont pas totalement inconnus si on a pris la peine de regarder un peu les différents sites créés depuis le début de l’histoire. [Note : le rappel des personnages et leur site d’apparition sera ajouté un peu plus tard].

Maintenant, vous vous dites « C’est cool, on a un clip bien sympa, c’est la classe, mais bon, ça fait un peu léger, non ? ».

Et vous avez totalement raison.

Et je vais vous dire qu’évidemment, ça ne s’arrête pas là.

En effet, si vous regardez le clip image par image (comme je l’ai fait pour pouvoir prendre de jolis clichés à poster ici), vous vous apercevrez de trois choses :

1. Le plus évident : on peut voir écrit sur la porte que la police enfonce l’inscription suivante : « REV|18|3.4« .

Une petite référence à la Bible, Révélations 18:3-4, sur la chute de la grande Babylone :
3 Car toutes les nations / ont bu le vin / de sa prostitution furieuse. / Les rois de la terre, avec elle, / se sont livrés à la débauche, / et les commerçants de la terre / ont fait fortune / grâce à son luxe / démesuré.
4 Puis j’entendis encore une autre voix venant du ciel qui disait : / Sortez du milieu d’elle, membres de mon peuple, afin de ne pas participer à ses péchés et de ne pas être frappés avec elle des fléaux qui vont l’atteindre.

[Mise à jour : 14 mars, 4h20] Autre interprétation du texte inscrit sur l’image. Au lieu de lire « REV|18|3.4″, on peut aussi lire « REV|16|3.4″, ce qui donnerait donc :
3. Le deuxième ange versa sa coupe dans la mer ; celle-ci devint comme le sang d’un mort, et tous les êtres vivants de la mer périrent !
4. Le troisième ange versa sa coupe sur les fleuves et les sources : les eaux se changèrent en sang.

Ce qui semble clore le débat quand on connait le titre du site à trouver (dévoilé quelques lignes plus bas) : c’était donc bien « REV|16|3.4 » qu’il fallait lire sur la porte.

2. Moins évident : on peut voir se former, sur trois moniteurs différents, un nouveau codes : 24.16.4. Je ne vais pas m’attarder sur la possible signification de ce code étant donné que nous ne sommes encore sûrs de rien.



3. Pas évident du tout : le time code bloque parfois un peu et quand ça se produit, des lettres apparaissent. Voici les images que j’ai récupérées (avec un petit gif animé pour que vous puissiez rapidement comprendre où je vais en venir) :

Ça donne : THE_TURNETO_

Alors ça a commencé à chercher dans tous les coins. Et c’est là que, sorti de nulle part, un mec a trouvé que ça voulait dire THE WATER TURNED TO BLOOD (les eaux se changèrent en sang). Me demandez pas comment il en est arrivé là, lui-même n’en sait trop rien… [Mise à jour : 14 mars, 4h20] Avec la correction du passage de la Bible apportée aujourd’hui, on voit comment on aurait dû trouver…

Eh donc, oui, nous avons encore un nouveau site : http://www.thewaterturnedtoblood.net/

Premier réflexe : CTRL+A et hop, un nouveau p’tit code : 24.16.1.

Deuxième réflexe : on lit le texte. La première chose qu’on voit : un avertissement qui nous explique que « ce site a été créé par le détenu #4382BX12 comme partie d’un programme de traitement thérapeutique administré par l’équipe de soutien psychiatrique à la prison de Judson Ogram. Ce patient est décrit comme « extrêmement dangereux » et est actuellement en train de suivre des protocoles de traitement agressifs sous le statut de « danger pour la société ». La Prison de Judson Ogram décline toute responsabilité… »

Et on aperçoit vite qu’il y a des lettres minuscules quand toutes les autres lettres sont en majuscules, et vice versa.

Qui est donc cette mystérieuse Francesca ? Je pense qu’on l’apprendra rapidement.

Parce que, oui, d’autres sites ont également été découverts ce soir : http://www.judsonogram.net, qui a amené à http://www.cedocore.com/.

Voilà. Vous vous en doutez, il y a encore beaucoup de choses à raconter. Mais pas aujourd’hui, pas ce soir, pas maintenant. De un, tout est encore trop flou. De deux, je suis mort de fatigue… Donc bonne nuit et à demain pour un nouveau billet sur les deux nouveaux sites.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *