J’ignore le prénom de la personne à qui appartient ce postérieur. Tout ce que je sais, c’est que sur le moment, avec l’écran derrière, ces jambes m’ont tellement fasciné que j’ai refait plusieurs fois la photo, quitte à passer pour un pervers.

Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *