Une soirée qui se termine sans Dada derrière les platines pour gérer une « playlist démocratique », c’est comme un baiser sans moustache.

Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *