Au vu des dernières découvertes sur le Red Horse, je me devais de vous fournir l’intégralité de la traduction de l’incident de la Star Chamber évoqué brièvement sur ce billet.

Pour rappel, ce que vous allez lire est un complément d’enquête suite à cet enregistrement (dont vous trouverez la traduction ici) : [audio:http://www.lifeinprogress.fr/yearzero/216-333-1810.mp3]

Voici donc la traduction de l’incident, avec un peu de retard (faut dire qu’à l’époque, ça restait encore très flou, mais maintenant, on commence à comprendre).

Report d’incident – Supplément
Agent du Bureau : T.C. Sikes
S’entretenant avec : Sergent de Police Jeff Slanski

Profil de SLANSKI:
Naissance : 12 mars 1986.
Taille : 182cm.
Culte : Nouvel Evangélisme
Commentaires :
Était catholique. Conversion probablement pour raison pragmatique, en vue d’une promotion.

AGENT SIKES
Bonjour, officier Slanski. Mon nom est Claire Sikes. Je suis avec les Fédéraux, et ils m’ont sortie de mon lit douillet pour m’occuper de ce bordel.

SLANSKI
Bordel ? C’est une manière de le dire…

AGENT SIKES
OK, passons les formalités.

SLANSKI
Ça n’est pas un badge du FBI.

AGENT SIKES
Effectivement. Officier Slanski, vous comprenez que ceci est une enquête officielle à propos des événements entourant l’incident terroriste du 7 février ?

SLANSKI
Oui.

AGENT SIKES
Et vous comprenez que ce vous direz aujourd’hui sera prononcé sous serment et que toute altération de la vérité constituera un parjure et sera puni comme tel ?

SLANSKI
J’ai besoin d’un avocat ou d’un représentant syndical ?

AGENT SIKES
Vous comprenez ?

SLANSKI
Je comprends.

AGENT SIKES
Donc. 7 février.

SLANSKI
Je faisais ma tournée à pied…

AGENT SIKES
À pied ? N’y a-t-il pas une patrouille civile pour ça ?

SLANSKI
J’aime faire ça moi-même de temps en temps. Les gens vous disent des trucs s’ils vous connaissent.

AGENT SIKES
C’est louable.

SLANSKI
J’ai reçu un 10-48 à la Star Chamber donc j’y suis allé aussi vite que possible.

AGENT SIKES
La Star Chamber ?

SLANSKI
C’est comme ça qu’ils appellent le bâtiment. C’était là qu’ils imprimaient le Star, à l’époque où il y avait des journaux.

AGENT SIKES
Mais le bâtiment est désaffecté maintenant.

SLANSKI
Oui.

AGENT SIKES
Et les locaux l’appellent la Star Chamber.

SLANSKI
(pas de réponse)

AGENT SIKES
Officier Slanski ? Vous semblez prendre beaucoup de temps pour répondre à la question.

SLANSKI
J’essaie de deviner ce que vous savez déjà.

AGENT SIKES
Je sais.
Pourquoi ne pas prétendre que je sais tout et partir de là ? Ça nous fera gagner du temps.

SLANSKI
Non, on l’appelle le Star Building. Mais au sous-sol, là où les presses étaient, il y a un grand espace ouvert. C’est la Star Chamber.

AGENT SIKES
Qui est… un nightclub ?

SLANSKI
C’est juste un endroit. Quelquefois les gens s’y retrouvent. Quelquefois ils jouent de la musique. Pour autant que je sache, ça n’est pas très organisé.

AGENT SIKES
Pour autant que vous sachiez ? Je pensais que c’était votre boulot de savoir exactement la manière dont c’était organisé.

SLANSKI
Je crois que je ne suis pas un bon flic.

AGENT SIKES
En fait, vous savez, je regardais les statistiques de vos districts. Sur les huit dernières années, quand vous êtes devenu chef, les districts sous votre supervision ont rapporté des taux de criminalité de 15 à 20 % inférieurs aux districts aux profils démographiques comparables.

SLANSKI
Il y a de bonnes personnes dans le district.

AGENT SIKES
Curieusement, vos districts ne rapportent pas souvent de violations du Freedom Act.

SLANSKI
C’est plutôt endormi ici.

AGENT SIKES
Propos criminel, morale négligente, ce genre de choses…

SLANSKI
Les gens veulent juste regarder la télé.

AGENT SIKES
La différence c’est que les citoyens ont tendance à rapporter un crime violent alors que d’habitude les officiers de police mènent les enquêtes du Freedom Act. Mais vous n’avez pas arrêté grand monde dans ce domaine.

SLANSKI
Beaucoup de gens d’ici respectent la loi. C’est la faute à pas de chance, je suppose.

AGENT SIKES
(pas de réponse)

SLANSKI
(pas de réponse)

AGENT SIKES
Vous connaissiez l’un des morts ?

SLANSKI
Pardon ?

AGENT SIKES
Les morts. Il y avait 112 personnes enfermées dans un nightclub souterrain que vous avez laissé agir dans votre district. Ils ont été tués en 2 jours, traqués et mis en pièces sanglantes. Je vous demande si vous connaissiez l’un deux.

SLANSKI
Ouais.

AGENT SIKES
Ça vous arrive de penser qu’ils seraient en vie si vous aviez fermé cet endroit ? Je veux dire, si j’étais vous, je ne penserais qu’à ça.

SLANSKI
(pas de réponse)

AGENT SIKES
Vous avez répondu au 10-48 et êtes tout de suite allé à la Star Chamber.

SLANSKI
Quand je suis arrivé, des fédéraux apposaient déjà le sceau de la quarantaine.

AGENT SIKES
Vous pouviez entendre quelque chose ?

SLANSKI
Des cris. Des cris et des hurlements. Des gens tambourinaient sur les portes, mais les fédéraux avaient déjà scellé les portes.

AGENT SIKES
Par Fédéraux, vous entendez les gens comme moi.

SLANSKI
Oui.

AGENT SIKES
Quel a été votre rôle ?

SLANSKI
Contrôle de la foule. Des coups de fils ont été passés. Des gens sont arrivés et ont essayé de rentrer dans le Star Building.

AGENT SIKES
Et votre boulot était de les retenir.

SLANSKI
Des gens avaient des gosses là-dedans. Des frères et des sœurs.

AGENT SIKES
Et selon ces notes, vous avez très bien fait votre boulot.

SLANSKI
Ce n’étaient ni ma femme ni mon enfant en train de mourir là-dedans.

AGENT SIKES
Mais vous étiez « malade des putains de fédéraux et vous vouliez tuer quelqu’un ».

SLANSKI
La psychologue ? Vous avez un mouchard dans le putain de bureau de la psychologue de la police ?

AGENT SIKES
Ne soyez pas paranoïaque, officier Slanski. La psychologue nous a donné ses enregistrements de manière spontanée.

SLANSKI
Évidemment.

AGENT SIKES
Apparemment elle n’est pas aussi désireuse de regarder de l’autre côté que vous dès qu’il s’agit de pensées subversives. Pour certaines choses, peut-être… mais devant un incident terroriste qui vient d’ôter la vie à 112 Américains…

SLANSKI
Je ne suis pas un putain de politicien. J’ai juste dit que ça me rendait malade d’entendre ces gens là-dedans. Il n’y avait rien qu’on aurait pu faire ? Je ne peux pas le croire.

AGENT SIKES
Essayez.

SLANSKI
(pas de réponse)

AGENT SIKES
Dur.

SLANSKI
(pas de réponse)

AGENT SIKES
Deux jours plus tard vous avez été rappelé sur les lieux. Décrivez ce qui s’est passé ensuite.

SLANSKI
Vous le savez.

AGENT SIKES
Oui, mais je suis très méticuleuse donc j’aimerais vous l’entendre dire. Dites-moi ce qui s’est passé hier.

SLANSKI
Encore du contrôle de foule. Quelques mecs en costume de lapin sont entrés dans le building avec un équipement sérieux.

AGENT SIKES
Quel genre d’équipement ?

SLANSKI
Je ne sais pas. Des lance-flammes, des trucs comme ça.

AGENT SIKES
Et ensuite ?

SLANSKI
Ensuite rien. C’est tout.

AGENT SIKES
(pas de réponse)

SLANSKI
Il y avait un agent.

AGENT SIKES
Oui.

SLANSKI
Comme vous. Le même badge.

AGENT SIKES
Oui.

SLANSKI
Et c’est tout. Elle s’est occupée du nettoyage. Elle est allée à l’intérieur, je suppose qu’elle a vu ce qu’elle voulait voir, elle a fait sortir l’équipe de décontamination et est partie.

AGENT SIKES
Pas exactement comme moi.

SLANSKI
Écoutez, je n’ai vraiment pas besoin de savoir quoi que ce soit ici. Je ne suis pas un flic génial mais j’aime le boulot, j’aime les collègues, j’aime ma famille.

AGENT SIKES
Oui. J’ai des photos de votre petite fille. Vous voudriez les voir ?

SLANSKI
(pas de réponse)

AGENT SIKES
Celle-là est ma préférée. Votre fille est adorable.

SLANSKI
(pas de réponse)

AGENT SIKES
L’autre agent n’était pas comme moi.

SLANSKI
Putain.
Je n’essayais rien du tout. J’étais juste poli, j’ai juste ouvert la porte de la voiture, bordel de Dieu.

AGENT SIKES
(pas de réponse)

SLANSKI
Elle sentait bizarre. Le cuivre. Elle m’a frôlé en rentrant dans la voiture et c’était comme si j’avais un penny dans la bouche pendant une seconde.

AGENT SIKES
Quelque chose d’autre ?

SLANSKI
(pas de réponse)

AGENT SIKES
Jeff, je ne peux pas vous aider si vous n’êtes à 100% –

SLANSKI
Elle pleurait.

AGENT SIKES
Mais ça n’était pas le plus étrange.

SLANSKI
Et ses larmes étaient orange.

AGENT SIKES
C’est vrai, elles l’étaient.

SLANSKI
Je ne voulais pas voir ça !

AGENT SIKES
Je sais.

Et je suis désolé.

||||| FIN DU FICHIER |||||

Voilà. En espérant que vous trouverez ça utile. Je trouve que ça l’est, étant donné qu’on a 1. l’effet du virus (le fichier son) et 2. les probables effets du vaccin (les larmes oranges, l’odeur de cuivre…).

N’empêche que c’est flippant…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *