Je trouve ces « planches » (je ne sais pas comment les qualifier autrement) littéralement fascinantes : c’est la beauté de la vie, de la nature, c’est la capacité d’adaptation de la nature que nous avons sous les yeux. Mais c’est mort. Préservé, mais détruit. Comment se satisfaire de cette beauté-là ?

Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *