Aujourd’hui, elle me manque. Fort. J’en ai même pleuré. Et l’écrire me fout la larme à l’œil aussi sec…

Et ce soir, les habitudes ont la vie dure. Et quand elle vient me dire bonsoir avant d’aller se coucher, mes lèvres se dirigent tout naturellement vers les siennes… La voyant hésiter, je me rends compte de ce que je suis en train de faire et la sers juste dans mes bras en disant : « Meeerde, pardon ! ». Plus de peur que de mal. Les automatismes…

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *