Voilà, j’y suis, nous y sommes, j’ai 33 ans. C’est donc en ce vendredi 25 février que se termine enfin le chapitre 7 et que commence un chapitre qui vient de prendre un tout nouveau tournant : le chapitre 8.

Le chapitre 7, c’était quoi ?
C’était la période de quatre années qu’il m’a fallu pour créer ce (beau) site de (belles) photos (lifeinprogress.fr) et son petit frère de photos souvenirs (souvenirs.lifeinprogress.fr). Les chapitres d’avant, c’était quoi ? C’était les différents chapitres que le visiteur avait à parcourir lorsqu’il allait sur mon premier vrai site : Je Suis Ceux Que Je Suis. Il n’est plus en ligne à l’heure actuelle mais, sur le long terme, vous retrouverez tout le contenu ici, sur Life in Progress.

Le Chapitre 8, c’est quoi ?
C’est une discipline expliquée . La finalité du chapitre 8, c’est la publication d’une thèse.. Parce que oui, j’ai décidé de reprendre les études. Ma « maîtrise » ne vaut plus rien avec les nouvelles normes LMD donc je fais finir le M et déchirer le D ! Mais j’en reparlerai un peu plus tard. Les choses sont seulement en train de se mettre en place (après des années et des années de « pour quoi faire ? ») puisque la décision s’est prise, sans que je le sache encore, le 1er février 2011.

Life in Progress, c’est quoi ?
C’est un concept expliqué . Pour résumer, ce site est à considérer comme mon double virtuel. Ce que je vis, vous le trouverez dans la partie Blog et ce que nous vivons, vous le trouverez en page d’accueil. Ça peut vous sembler nombriliste mais ne vous méprenez pas et lisez bien les textes dont je donne les liens plus haut. Comme son nom l’indique, ce site est constamment mis à jour, parfois même avec des vieux textes retrouvés au hasard d’un dossier caché. Il va donc falloir que vous reveniez de temps en temps et que vous fouilliez dans les archives ou vous amusiez avec les tags pour découvrir les nouveaux souvenirs et différentes évolutions du projet. Parce qu’il faut bien prendre en considération que toute son évolution depuis 2003 finira par y figurer. Ce site, ce livre aux nombreux chapitres, c’est l’œuvre d’une vie. De ma vie. De notre vie.

J’ai la chance d’avoir rencontré de belles personnes tout au long de ma (petite) vie. Et arriver à l’âge fatidique de la résurrection avec ces personnes dans ma vie, c’est déjà une réussite en soi. On pourrait mourir pour des amis comme ça. La richesse artistique est une richesse humaine.

Où j’en suis, là, aujourd’hui, à 33 ans ?
Au bon endroit, au bon moment, avec les bonnes personnes. Je peux même avoir l’outrecuidance d’affirmer que j’aime ma vie et que ma vie est belle. Et n’ayant rien fait de spécial pour ça (si ce n’est la vivre en me laissant porter), je me dis que s’il m’arrive tout ce qu’il m’arrive, c’est que, quelque part, ça devait arriver !

Depuis peu, j’ai réalisé en quoi consistait mon travail : transmettre ma passion. Ce travail de Relations Publiques auprès des étudiants m’a permis de me rendre compte de l’importance de l’éducation et de l’ouverture à l’art, d’autant qu’ils ont devant eux quelqu’un qui y croit dur comme fer, preuves à l’appui. Parler des artistes qu’on reçoit, leur présenter des spectacles d’une manière différente, organiser des rencontres, tout ça me passionne véritablement. Être à l’origine de ces moments est d’une richesse incroyable. L’artiste me passionne, en général, quel qu’il soit. Et ce que je cherche, moi, ce sont ces petits papillons dans le ventre quand je regarde une œuvre d’art. Tout le monde devrait chercher ses propres papillons. Mais on oublie trop souvent l’art, on le met de côté, on le regarde même un peu de haut. Parce que l’image de l’art « institutionnalisé » qu’on a, elle est un peu vieillotte, d’un rouge un peu passé. Mais la Culture, ça n’est pas l’Art.

Mes nouvelles fonctions ont été un défi à relever, tant sur le plan professionnel que privé. D’un naturel assez phobique quant aux prises de parole devant plus de cinq personnes, l’idée d’avoir à parler devant des amphis de cent étudiants ne me réjouissait guère. Mais quelques mois plus tard, quand je m’entends dire, par un étudiant des Beaux Arts : « Bon alors, quand est-ce que tu viens refoutre le feu à l’amphi ? »… eh bien je me dis que quelque part, ma place est là et pas ailleurs.

L’écriture de cette thèse va être un beau moment puisqu’il sera un moment de redécouverte artistique et spirituelle. Je ne sais pas vraiment encore comment tout ça va s’articuler mais une chose est sûre, ça tournera autour de la citation de Robert Filliou. Pourrais-je y intégrer, comme je le souhaite, toute cette histoire de chapitre 7, 8, youpi tralala, on verra !

L’art est la seule chose qui rende la vie plus intéressante que l’art.

Passionnant comme sujet de thèse, non ?

Pour finir, un beau et grand merci du plus profond de mon cœur à vous tous, mes très chers amis. C’est vous qui faites de ma vie quelque chose de beau à vivre.

3 comments

  1. 110225 at 23 h 25 min Tibo

    Ça y est, tu y es !!! Fin d’un chapitre, début d’un renouveau.
    33 ans, l’âge fatidique de la résurrection. Il faut savoir mourir pour pouvoir renaître. Accepter. Lâcher prise.
    Se perdre pour mieux se trouver, c’est ce que je te souhaite, c’est ce que tu es un train d’accomplir. Toujours, tu le sais, tu trouveras mon soutien et mon aide sur ce chemin que nous arpentons quasi côte à côte.
    Il est inutile de craindre, tu le vois tous les morceaux commencent à s’articuler, à faire sens, on garde le cap et on voit ce qui nous arrive !!

    « Peut-être avons-nous peur d’être moins que ce que nous pensons être, alors qu’en réalité nous sommes bien bien plus » – Jon Kabat-Zinn

  2. 110303 at 10 h 17 min Laurence

    Une nouvelle étape a été franchie! Je suis fière de toi mon Chouchou: fière du travail que tu as accompli, fière de ton parcours, de ce que tu es devenu, fière de ce que tu es…fière de partager tous ces moments avec toi.

    Là, je repense à ce cher Gustave Le Bon:
    « Les volontés faibles se traduisent par des discours ; les volontés fortes par des actes. »

  3. 110921 at 0 h 15 min Laetitia C

    eh bien … eh bien…. je savais que étais capable de grande chose mais là… tu dépasses l’idée même que j’avais de toi … tu es un Grand homme , je l’ai toujours su , tu es exeptionnel … un philosophe qui plus est . J’attens avec impatience ton chapitre 8 , celui de ta renaissance . Je suis heureuse d’être un peu dans ta vie , c’est un honneur. Je suis heureuse aussi que tu sois si bien entouré . Ta vieille amie.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Display sidebar