Pour connaître votre signe Maya, utilisez ce convertisseur très simple qui vous donnera votre tzolkin (tonalité galactique & signe solaire sacré) sous la forme d’une jolie petite image avec vos glyphes.

Ci-dessus, ce que j’ai obtenu.

Pour comprendre comment fonctionne le calendrier Maya, il suffit d’aller là. Voici un extrait sur la partie qui nous intéresse : le tzolkin, le cycle sacré.

De tous les anciens systèmes de computation du temps, ceux des Mayas et les autres systèmes méso-américains sont les plus complexes et les plus détaillés. Leur mois était de 20 jours et l’année civile était double : un cycle sacré de 260 jours, dénommé Tzolkin, et l’année vague de 365 jours, ou Haab. Ces deux calendriers coïncidaient tous les 52 ans. Cette période de 52 ans était désignée sous le nom de «faisceau» et elle représentait pour les Mayas l’équivalent d’un siècle pour nous.

Le cycle sacré de 260 jours est composé de deux cycles plus courts : les chiffres 1 à 13, et 20 noms de jours différents. Le nom de chaque journée est représenté par un dieu qui transporte le temps à travers le ciel, marquant ainsi le passage du jour à la nuit. Les noms des jours sont les suivants : Imix, Ik, Akbal, Kan, Chicchan, Cimi, Manik, Lamat, Muluc, Oc, Chuen, Eb, Ben, Ix, Men, Cib, Caban, Eiznab, Cauac et Ahau. Certains de ces noms renvoient à des divinités animales comme Chuen (le chien) et Ahau (l’aigle); certains archéologues ont fait remarquer que la séquence des animaux chez les Mayas est parallèle à celle des signes lunaires du zodiaque de nombreuses civilisations de l’Orient et de l’Asie du Sud-Est.

Selon la formule du tzolkin de 260 jours, le temps n’est pas linéaire mais il évolue en cercles concentriques semblables à une spirale. Les deux cycles de 13 et de 20 s’entremêlent et se répètent sans cesse. Le calendrier commence donc par 1 Imix, 2 Ik, 3 Akbal, et ainsi de suite jusqu’à 13 Ben, après quoi il enchaîne avec 1 Ix, 2 Men, etc. Dans ce contexte, le jour Imix devient 8 Imix. Le dernier jour de ce cycle de 260 jours est le 13 Ahau. Personne ne connaît au juste l’origine de ce calendrier inusité. Le cycle de 260 jours peut regrouper plusieurs événements célestes, y compris la configuration de Mars, les apparitions de Vénus, les saisons d’éclipse et même l’intervalle entre la conception et la naissance des humains.

Le calendrier de 260 jours servait à déterminer les activités importantes liées aux divinités. On l’utilisait pour nommer les personnes, prédire l’avenir et décider des dates propices aux grands événements comme les combats ou les mariages, par exemple. Chaque journée comportait ses augures et ses associations et la cadence inexorable des 20 jours évoquait une machine de prédiction de l’avenir guidant la destinée des Mayas.

2 comments

  1. 110107 at 12 h 52 min Tibo

    Héhé, je vois qu’il y en a un que j’ai titillé, oh oui j’aime ça te titiller !!!
    Très sympa comme convertisseur, merci bien je vais me le garder sous le coude c’ui-là !

  2. 110221 at 2 h 06 min Tibo

    Si ce que vous lisez du calendrier Maya vous intrigue, je vous conseille de télécharger ce pdf édité chez mayan magic également, personnellement moi ces interprétations me bluffent !
    http://www.mayanmajix.com/Compilation_Le_calendrier_Tzolkin.pdf

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *