Merci Alex pour cette vidéo devenue instantanément culte !

Et pour votre plus grand plaisir, voici les paroles :

J’me sens,
Comme une Bamba triste,
Comme une Marseillaise en mineur jouée par un flûtiste autodidacte, sans tact.
J’me sens,
Comme un producteur gros cigare qui lit le score à l’envers, et en plus
Qui a perdu son chien policier,
Celui qui lui touche le pied
Chaque fois que c’est le premier temps.

J’me sens,
Définitivement,
Comme une bamba triste.

Définitivement,
Comme une bamba triste. J’me sens,
Comme un accord yougoslave auquel on aurait cruellement interdit l’entrée de la Belle Ferronnière.
J’me sens,
Comme Pierre le preneur de son qui rit sans envie parceque le client lui dit « écoutons hydrophilement ».

J’me sens,
Définitivement,
Comme une bamba triste.

Définitivement,
Comme une bamba triste. J’me sens,
Comme un publiciste range loden qui se dit plutôt mourir que Pluto Mickey.
J’me sens,
Comme un clip muet,
Où les seuls mots intelligents viennent d’un académicien qui dit
« je flippe, je flashe, je suis cool et j’ai les moules ainsi que les boules maman ».

J’me sens,
Définitivement,
Comme une bamba triste.

Définitivement,
Comme une bamba triste. He feels,
Definitely,
Comme une bamba triste.
He feels,
Definitely,
Como una bamba triiiiiste.

J’me sens,
Comme un vendeur d’instruments de musique auquel on vient
de rapporter une guitare parce qu’elle sonne pas comme celle de Van Halen
J’me sens,
Comme les 4 saisons de Vivaldi apres un compte donné très fort et en Allemand.
« eins zwei drei vier »

J’me sens,
Définitivement,
Comme une bamba triste.

Définitivement,
Comme une bamba triste.

J’me sens,
Définitivement,
Comme une bamba triste.

Définitivement,
Comme une bamba triste.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *